Sample Text
  • Slide 1

FAQ

Est-ce adapté à mon cas ?

Si vous avez perdu une ou plusieurs dents, et que les racines sont abimées, vous pouvez bénéficier d’implants dentaires. Un entretien avec votre chirurgien dentiste vous permettra de savoir si un traitement est adapté à votre cas.

Y a-t-il une limite d’âge pour bénéficier d’un traitement implantaire ?

Non, il n’y a pas de limite d’âge. La pose d’implants peut être envisagée à tout âge dès que la croissance est terminée et que, par conséquent, la mâchoire est entièrement développée.

Du plus jeune au plus âgé, il n’y a pas d’âge pour retrouver son confort de vie !

Est-ce une technique fiable ?

Oui car l’implantologie est une technique éprouvée avec de hauts degrés de satisfaction et de succès depuis plus 40 ans. Avec des millions d’implants posés par an dans le monde, c’est aujourd’hui un recours fiable et sûr pour remplacer les dents manquantes.

Est-ce douloureux ?

Effectuée sous anesthésie locale et bien préparée par votre praticien qui vous proposera une pré-médication adaptée, la pose d’implants n’est pas douloureuse.

Vous pouvez le plus souvent travailler quelques heures après l’intervention et manger de façon tout à fait normale rapidement après l’intervention.
En cas de sensibilité après l’intervention, votre chirurgien dentiste pourra vous prescrire des antalgiques.

Combien ça coûte ?

Le prix d’une solution implantaire est très variable selon les situations. Plusieurs solutions adaptables à votre budget sont parfois possibles pour un même cas.

Même si le coût parait onéreux au départ, la pose d’implant est dans de nombreuses situations une solution plus économique au long terme car c’est souvent le seul traitement qui permet une conservation optimale des dents adjacentes.

N’hésitez pas à consulter votre chirurgien-dentiste pour qu’il vous établisse un devis adapté.

Combien de temps dure le traitement implantaire ?

La durée du traitement est variable selon les cas; c’est votre chirurgien-dentiste qui établira le plan de traitement avec vous.
Généralement, la durée oscille entre 3 et 6 mois.

Selon votre cas, le chirurgien-dentiste peut vous proposer des solutions provisoires ou définitives pour un confort et une esthétique optimale.

Aurai-je l’impression d’avoir de vraies dents ?

Oui, l’implant va servir de support à une dent prothétique conforme en taille et en couleur à vos dents naturelles. Vous ne verrez pas la différence et retrouverez les sensations que vous aviez avec vos vraies dents.
Cette solution vous permet ainsi de récréer votre dentition tout en conservant vos dents saines !

Est-ce que cela nécessite une anesthésie générale ?

Non, l’intervention se déroule sous anesthésie locale. Une hospitalisation n’est pas utile, votre chirurgien-dentiste bénéficie d’installations spécifiques et de conditions d’aseptie nécessaires pour la chirurgie.

Peut-il y avoir un rejet de l’implant ?

Non, car il ne s’agit pas d’une greffe de matière vivante… Le matériau utilisé pour les implants dentaires est majoritairement du titane, une matière biocompatible avec le corps humain, sans risque allergique, qui garantie une tolérance optimale. Lorsque le protocole et les indications sont respectés, le taux de réussite est supérieur à 95%.

Quelles sont les contre-indications au traitement implantaire ?

Afin de bénéficier d’un traitement implantaire, vous devez avoir un bon état de santé général et une bonne hygiène bucco-dentaire. La qualité et la quantité de l’os est également un facteur important.
Il existe néanmoins quelques contre-indications :

  1. Contre-indications médicales :
    Les implants ne pourront pas être envisagés, de façon permanente ou temporaire, si le patient prend certains types de médicaments, présente certaines maladies cardiaques, des troubles de cicatrisation, en cas de grossesse ou encore dans le cadre d’une consommation excessive d’alcool et/ou de tabac. Un traitement implantaire sera également déconseillé en cas de parodontopathies ou encore de bruxisme. Si vous êtes allergique à certains produits, précisez-le à votre chirurgien-dentiste avant l’intervention ; cependant, il n’existe pas d’allergie aux implants dentaires. Afin d’avoir une attitude prudente, le chirurgien-dentiste prendra contact avec votre médecin généraliste ou spécialiste afin de réaliser cette intervention en toute sécurité.
  2. Contre-indications cliniques :
    Elles sont relatives à la quantité et la qualité de l’os, à son volume résiduel disponible pour recevoir l’implant. La présence d’un sinus, d’un trajet vasculo-nerveux ou d’un obstacle peut empêcher la mise en place d’implants. Des techniques complémentaires peuvent cependant être mises en œuvre pour rendre la situation favorable.

Quels sont les risques ?

Le traitement implantaire est un acte courant pratiqué suivant un protocole strict limitant les risques. Il peut cependant en exister quelques-uns :

  • L’anesthésiant utilisé est le même que pour un simple soin. Bien que l’anesthésie soit locale, une sensation de gêne peut persister quelques heures après l’intervention.
  • Dans de rares cas, l’implant ne s’intègre pas dans l’os, il sera alors retiré et remplacé si cela est toujours possible.
  • Après l’intervention, des saignements, une sensibilité, un gonflement ou un hématome peuvent apparaître ; la plupart du temps, il s’agit d’inconvénients bénins qui disparaissent rapidement.

Le rapport bénéfices / risques est largement en faveur des implants. Si l’intervention est pratiquée selon les normes de bonne pratique par un chirurgien-dentiste ayant reçu une formation spécifique, les risques sont faibles. Néanmoins certains aléas thérapeutiques existent, votre chirurgien-dentiste vous en informera lors des rendez-vous préalables à la pose d’implants.